Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eimata Va'a

Eimata Va'a

Menu
NUKU HIVA - MARQUISES 2020

NUKU HIVA - MARQUISES 2020

Les Marquises : Nuku HIva - Les Corion à Tahiti

NUKU HIVA 

 

26 milles nautiques .....  séparent Ua Pou de Nuku Hiva.

 

Par vent d’est c’est une route au travers d’environ 3 ou 4 heures . Nous avons à bord  Teiva, Hina et leur famille, car il vont rejoindre des cousins pour le 31 décembre. Après que tout ce petit monde soit bien installé nous levons l’ancre, cap sur la baie de Taiohae. En fait le vent est au nord est et nous sommes quasiment au près. Nous  atteindrons Nuku Hiva sur un seul bord, trois heures et demi plus tard sur une mer un peu croisée, chacun gérant comme il peut un léger mal de mer, le plus souvent par une bonne sieste . A l’arrivée l’appétit revient vite. Le temps de déjeuner et tout le monde débarque pour rejoindre la famille, non sans nous avoir laisser des fruits et  du miel, en abondance comme pour prolonger le souvenir de ces bons moments passés ensemble. Nous nous retrouverons quelques jours plus tard pour un dîner marquisien.  

 

La baie de Taiohae est située sur la côte sud de Nuku Hiva, elle est profonde d’1,5 mille nautique et bien protégée des vents dominants. C’est probablement le meilleur abri des Marquises  et comme tous les navigateurs le savent, il y a une soixantaine de bateaux mouillés en permanence, attendant que passe la saison des cyclones pour reprendre leur route vers l’ouest.

Heureusement, sur une largeur de 0,5 milles chacun trouve sa place dans cet endroit impressionnant: les  reliefs volcaniques  qui entourent  la baie culminent à 800 m et sont couverts d’une abondante végétation   .

Taiohae est la capitale administrative des Marquises. La vie s’organise tout au long de la baie bordée d’une petite route. L’ensemble dégage un sentiment  de calme et de sérénité, notamment le soir après 18 h le silence est impressionnant.

 

Comme le tahitien, le marquisien se couche tôt et se lève très tôt . Pour acheter du  pain, du poisson, ou des légumes au marché  mieux vaut s’y prendre avant 7h, avant que la chaleur ne devienne un obstacle à tout effort .

baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae
baie de Taiohae

baie de Taiohae

 

 

Nous avons décidé de découvrir l’île avec une voiture de location que l’on trouve.... à la pizzeria . 

 

Pour commencer il faut franchir un premier col au contrefort  du sommet Muake à 860 m d’altitude la montée offre quelques points de vue spectaculaires  sur la baie de Taiohae, et sur la cocoteraie qui la surplombe. Passé le col, la route bifurque soit vers l’aéroport, soit vers Taipivai, le village situé au fond de la baie du contrôleur que nous devinons déjà au delà d’une forêt de flamboyants et de calfatas. Nous croisons des chevaux,  des chèvres en liberté .

C’est à Taipivaï que Melville déserta du baleinier Acushnet et vécu six mois dans cette tribu de féroces guerriers. Nous reviendrons ici avec le bateau pour nous apercevoir que les habitants de Taipivaï n’ont plus rien de féroce. Ils sont même très accueillants. 

 

Le mouillage de Taipivai au fond de la  baie du contrôleur nous deviendra  familier et nous permettra de découvrir de belles ballades vers la baie voisine de Hooumi et sa vallée d’un autre temps, dont les habitants pêcheurs, chasseurs sont aussi sculpteurs sur bois ou sur pierre. 

TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI
TAIPIVAI

TAIPIVAI

Nous poursuivons pour atteindre la vallée suivante jusqu’à la baie d’Hatiheu au nord de l’île par une route escarpée,qui nous conduit au site archéologique de Kanuihei . Le site naturel est en lui même envoûtant avec cette forêt luxuriante et un immense banian, arbre sacré en Polynésie . D’anciennes  constructions en énormes  pierres volcaniques vestiges de maisons d’habitation et de maraés lieux de cultes et de sacrifices, rappellent l’ancienne présence humaine au fond de cette vallée .

KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI
KANUIEI

KANUIEI

Nous rejoignons la baie d’Hatiheu où un petit village semble endormi, deux petites boutiques d’un autre temps. Une assez belle église, et la mairie bien située sur le front de mer. Du haut du village un chemin donné accès à la baie voisine d’ Anaho, que nous découvrirons dans quelques jours avec le bateau . 

 

 

HATIHEU

HATIHEU


 

 

 

Nous poursuivons la route qui longe la côte nord de l’île vers l’ouest.

Après quelques lacets sur cette route côtière, nous dominons la pointe de Matatekauhau qui sépare la baie hauaume de la baie D’hatiheu.

Les noms sont imprononçables autant que les paysages sont indescriptibles. Nous sommes subjugués par la majesté du lieu.

Tout est beau et sauvage tant la présence humaine est discrète. Nous déjeunons là au bord de la route comme des touristes que nous sommes, mais qu’importe,  personne ne viendra troubler notre tranquillité. Nous sommes émus  que tant de beauté nous appartienne. 

 

 

Nous reprenons la route qui nous mène à Aakapa, un petit village au bout du monde, où les enfants jouent sur la plage en toute liberté comme les chevaux, les vaches et les cochons . Au delà la route se poursuit par un chemin caillouteux qui nous oblige à mettre les 4 roues motrices. La carte généreusement fournie par la pizzeria est assez succincte et nous nous attendons à retrouver la route de l’aéroport après la prochaine baie . En réalité cette cote nord de l’île est très découpée, et surmontée de reliefs qui culminent à plus de 1200m d’altitude. Le paysage est stupéfiant mais la route qui contourne chaque fond de vallée nous paraît interminable. Cela nous permet quand même de comprendre l’organisation de la vie aux Marquises assez proche de ce qu’elle était autrefois. Chaque baie définit une vallée avec le plus souvent une vaste cocoteraie qui s’étend depuis la plage jusqu’au fond. La culture du coprah reste ici une ressource importante. Quelques maisons abritent les occupants du lieu avec autour une profusion de bananiers, manguiers, pamplemoussiers, entre lesquels les animaux en semi liberté donnent une impression de paradis terrestre tant la nature ici semble généreuse . Il n’est pas certain que nous soyons capables de vivre dans ce paradis là. Les Marquisiens rient encore de l’histoire du journaliste Georges de Caunes qui prétendit vivre à la Robinson non loin d’ici sur une île pendant un an et qui perdit près de trente kilos en quelques semaines avant de demander à être ramené à la civilisation. Il faut savoir tuer un cochon sauvage, et le faire cuire et surtout supporter l’isolement. 

Nous finissons par rejoindre la route de l’aéroport qui doit nous ramener à Taiohae et le spectacle continu. Il faut franchir le relief du mont Tekho à 1200m d’altitude et la  route serpente à travers une forêt de pins plantée là par un original qui pensait probablement faire du bois de chauffage. Le résultat est pourtant assez beau. il faut bien observer la prolifération des fougères arborescentes pour se persuader de ne pas être dans les alpes. Arrivés au sommet,  la vue plongeante vers le  bleu du pacifique sous les nuages accrochés par la montagne a quelque chose d’insolite, et de vertigineux. 

 

NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020

La baie d’anaho s’inscrit naturellement dans notre top ten des mouillages de rêve .

 

L’endroit est saisissant de beauté.

Une petite famille espagnole qui passait par là en bateau il y a quelques années est restée, sans plus pouvoir partir.

La petite chapelle qui donne sur la plage a été restaurée récemment par l’équipage d’Exultet.

Par une promenade un peu raide mais spectaculaire on peut rejoindre la baie voisine d’hatiheu.

Suivant un chemin plus doux on peut découvrir la baie d’haatuatua où Moana et son épouse Marie cultivent  courageusement pamplemousses,  bananes , tomates  et légumes sans compter la production de coprah. 

Le site donne sur une baie exposée à l’Est, battue par les vents, la plage est superbe mais les rouleaux incessants en interdisent l’accès en bateau.

Toute la production doit rejoindre la baie d’anaho, puis la baie d’Hatiheu à dos de cheval, pour être ensuite vendue sur le marché de Taiohae ou acheminée à Tahiti par les bateaux inter îles.

Aucune machine agricole n’accède à cet endroit.

Moana et Marie nous expliquent que c’est un choix personnel. Ils ont l’air heureux.

Respect . 

baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie
baie de Anaho en allant chez Moana et Marie

baie de Anaho en allant chez Moana et Marie

 

TOVII

 

Nous redescendons vers le plateau de Tovii. C’est une autre image du paradis terrestre. De part et d’autre de la route s’étendent des plaines verdoyantes jusqu’au pied des reliefs montagneux. Des chevaux et des vaches y paissent en toute liberté.Le nombre de petits veaux et de poulains atteste que la vie  est plus douce ici pour les animaux que dans nos étables industrielles. La route contourne le sommet Muake  d’où un belvédère donne sur la baie de Taiohae une vue dominante et vertigineuse. Nous rejoignons notre bateau, bien décidés à redécouvrir ces endroits magiques  par la mer.

 

 

NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020
NUKU HIVA - MARQUISES 2020

AKAHUI

 

Notre coup de cœur est sans aucun doute le mouillage d’Hakatea. Sur la côte sud de Nuku Hiva un peu à l’ouest de Taiohae. On mouille dans une première baie naturellement protégée qui donne sur une plage de sable blanc, avec à droite une maison abandonnée. De là on accède en annexe à la baie voisine et au village d’akahui pratiquement abandonné. C’est une plage de sable noir. la houle est sensible sauf à droite où l’embouchure de la rivière donne une zone plus calme permettant de mouiller l’annexe et débarquer . Nous traversons le village par une grande allée centrale pavée de pierres volcaniques et bordée de haies fleuries ou d’arbres croulants sous le poids des pamplemousses ou des mangues. Les jardins sembles entretenus, les maisons habitées mais nous ne verront pas âme qui vive . Seulement des chevaux en liberté . Sur le chemin nous remarquons d’anciens maraés . Sur l’un d’eux a été édifiée  une petite chapelle . 

 

Il faut un peu plus d’une heure pour atteindre la cascade au fond de la vallée. Le soir tombe vite car à l’ouest cette baie est fermée  par le relief montagneux à environ 400 m d’altitude avec un à pic de roches volcaniques sur lequel on remarque un ou deux arbres qui par miracle ont pu s’implanter là et y survivre . Tout est calme et serein, la houle ne pénètre pas dans cette partie de la baie, le ciel est limpide, le silence total même l’alizé s’apaise . C’est pour ces instants là que nous sommes partis. 

Hakahui
Hakahui
Hakahui
Hakahui
Hakahui
Hakahui
Hakahui

Hakahui